Manifestez pour la paix dans l’état Kachin, vous irez en prison

Manifestez pour la paix dans l’état Kachin, vous irez en prison

Vendredi 7 décembre, trois jeunes militants pacifistes Kachin ont été condamnés à six mois d’emprisonnement et au paiement d’une amende de 320 dollars. Ils avaient simplement contribué à l’organisation d’une manifestation pacifiste qui s’est tenue le 30 avril dernier à Myitkyina, la capitale de l’état Kachin, dans un contexte d’intensification des combats entre l’armée birmane et l’Armée pour l’Indépendance Kachin (KIA).

Leur but était d’attirer l’attention sur la situation dramatique des milliers de personnes déplacées par le conflit dans l’état Kachin. Deux mille déplacés étaient alors pris au piège des combats sans aucune aide.

crédit photo : Nang Pu

Lors de cette manifestation de plusieurs milliers de personnes, et le lendemain de celle-ci, les trois militants ont « demandé pacifiquement que de l’aide humanitaire soit acheminée dans les zones de conflit où des civils sont pris au piège ». Selon Human Rights Watch, ils ont également fait état du rôle de l’armée dans les déplacements de population, demandé l’évacuation des civils piégés par les combats et l’arrêt des frappes aériennes sur des zones habitées.

Cela leur a valu d’être poursuivis pour diffamation envers l’armée au titre de l’article 500 du Code Pénal et condamné pour avoir porté « atteinte aux forces armées birmanes ».

Comme le déclare une responsable d’Amnesty International/Canada, ces peines de prison sont le reflet des attaques continues dont la société civile fait l’objet dès lors qu’elle exprime son opinion sur l’armée. « Le message envoyé à tous ceux qui veulent dire la vérité à propos de la barbarie des forces armées birmanes dans les états Kachin et Shan est effrayant. » « Ces militants doivent être libérés immédiatement et leurs condamnations doivent être annulées. Ces personnes devraient être félicitées, et non sanctionnées. »

Rappelons que la Mission d’établissement des faits de l’ONU a, dans son rapport complet publié en septembre dernier, fait la lumière sur les crimes contre l’Humanité et les crimes de guerre commis par l’armée birmane dans l’état Kachin. L’armée y commet des violations massives des droits humains en toute impunité. Ces violations entraînent une crise humanitaire considérable et néanmoins peu médiatisée. Dans cet état situé au nord de la Birmanie, les combats entre l’armée et la KIA ont repris depuis 2011. Ils se sont intensifiés en 2018 et des milliers de civils ont dû fuir.

Selon l’Office des Nations Unies pour la Coordination des Affaires humanitaires (OCHA), 107 000 personnes demeurent déplacées dans les états Shan et Kachin et l’accès à ces populations fragilisées est limité. Selon la Kachin Baptist Convention (KBC), des dizaines de milliers de personnes déplacées à la frontière avec la Chine seraient actuellement privées d’aide alimentaire. De manière récurrente, Il est fait état de la situation critique des déplacés internes privés d’aide humanitaire, tandis que les organisations qui tentent de leur venir en aide sont intimidées par la menace de poursuites judiciaires visant à entraver leur action.

Aujourd’hui, le Conseil de l’Union Européenne réitère son appel au gouvernement birman pour qu’il adopte sans délai des mesures effectives en vue de faire rendre des comptes aux auteurs de violations massives des droits humains, qu’il garantisse l’accès de l’ONU et des organisations humanitaires dans les états Kachin, Shan et d’Arakan, et qu’il crée les conditions nécessaires au retour des personnes déplacées sur leurs lieux d’habitation d’origine.

Le Conseil de l’UE a par ailleurs l’intention d’adopter des mesures ciblées additionnelles à l’encontre de hauts-gradés de l’armée et de responsables de la police des frontières (BGP) impliqués dans des violations des droits de l’Homme.

Le climat persistant d’impunité, qui permet la poursuite des exactions de l’armée et l’envoi de militants pacifistes en prison, n’a que trop duré.

La société civile birmane dénonce avec force ces condamnations injustes.

THE KACHIN NATIONAL ORGANISATION CONDEMNS THE SENTENCE OF KACHIN PEACEFUL PROTEST ORGANISERS

https://progressivevoicemyanmar.org/2018/12/08/the-kachin-national-organisation-condemns-the-sentence-of-kachin-peaceful-protest-organisers/

KACHIN HUMAN RIGHTS ACTIVISTS IN PRISON ON UDHR ANNIVERSARY

https://progressivevoicemyanmar.org/2018/12/10/kachin-human-rights-activists-in-prison-on-udhr-anniversary/

KPSN CONDEMNS JAILING OF KACHIN ACTIVISTS

https://progressivevoicemyanmar.org/2018/12/09/kpsn-condemns-jailing-of-kachin-activists/