Un moine de Ma Ba Tha dénonce une manifestation anti-rohingya en Birmanie

Interviewé par la DVB, les propos de ce moine révèlent l’ancrage profond des théories racistes de Ma Ba Tha et la conviction inquiétante d’être écouté par le gouvernement dont Aung San Suu Kyi est conseillère spéciale. (Article traduit de la DVB par Info Birmanie). 

Un membre dirigeant de la plus importante organisation nationaliste bouddhiste de Birmanie a dénoncé la manifestation anti-rohingya qui s’est tenue dans la ville de Pakkoku, au centre de la Birmanie, lundi 13 juin.

Ashin Kawthala, moine et représentant régional de «l’Association pour la protection de la race et de la religion », mieux connue sous son acronyme birman de Ma Ba Tha, a vigoureusement accusé les 1 000 manifestants qui se sont réunis en ville, d’essayer de créer des problèmes.

« Notre ville de Pakkoku est actuellement un endroit pacifique et plein de bonté, et je pense qu’ils essaient d’y attiser la haine. » a expliqué Ashin Kawthala au journal de la DVB. « La plupart des participants n’étaient pas des gens de Pakkoku, et les moines dirigeants la manifestation venaient de l’extérieur. Ils n’étaient pas de Ma Ba Tha. » A-t-il ajouté.

pakokku-protest
La manifestation a été organisée par un groupe se nommant le « Non-Party National Politics Force » (la force nationale politique non partisane) donnant l’impression de vouloir prendre de la distance avec la controverse entourant la proximité entre Ma Ba Tha et l’ancien parti au pouvoir issu de la junte, l’USDP (Parti pour la solidarité et le développement de l’Union).

Bien que l’identité des organisateurs ne soit pas claire, la manifestation s’est bien tenue et avait apparemment été autorisée.

Malgré sa dénonciation, Ashin Kawthala a dit qu’il n’avait pas de problème avec le message véhiculé. « Alors que je partage avec le pays entier l’idée qu’il n’y a pas de “rohingya” et que nous ne voulons pas d’eux ici, je ne comprends pas pourquoi ils ont senti le besoin de manifester pour souligner ce qui est évident.”

« Ce que je veux dire est que nous avons déjà attendu 54 ans, nous pouvons bien être patient et attendre cinq ans de plus », a-t-il rajouté, semblant suggéré qu’il s’attend à ce que le nouveau gouvernement dirigé par la NLD, et qui a succédé à l’USDP depuis les dernières élections, reconnaisse les demandes de Ma Ba Tha pour la « protection de la race et de la religion ».